head_b

L'histoire de Tom Worby : un activiste anti-chasse de 15 ans assassiné par un chasseur au volant de son véhicule.


(Traduction)
« Le samedi 3 avril 1993, en Angleterre, une quarantaine de sabot-eurs/euses de chasse étaient présent-e-s lors de la réunion de clôture des Cambridgeshire Foxhounds à Low Farm près de Gravesley dans le Cambridgeshire. Parmi le groupe de sabot-eurs/euses se trouvait Tom Worby, un jeune de 15 ans de Milton Keynes, qui en était à son tout premier jour de sabotage de chasse.

Sa petite amie avait vu le stand d'information sur le sabotage de chasse dans le centre ville quelques jours auparavant et avait exprimé le désir de se joindre à nous. Elle est alors venue avec son petit ami pour leur premier jour.

Lorsque nous avons vu la chasse, ils/elles venaient de commencer dans un bois voisin de Low Farm. Nous sommes tou-te-s allé-e-s dans les champs à l'extérieur du bois et avons appelé les chien-ne-s de chasse. Certain-e-s sont sorti-e-s, suivi-e-s par un maître d'équipage irrité, Geoffrey Fox. Après avoir crié quelques injures au sabot-eurs/euses, M. Fox est retourné dans le bois. Les sabot-eurs/euses restèrent sur place et continuèrent d'appeler les chien-ne-s avec le même succès.

Ainsi, tout l'équipage de chasse sorti, y compris les chass-eurs/euses et les chien-ne-s, et ils/elles se rassemblèrent dans les champs adjacents. Des discussions animées ont eu lieu entre les chass-eurs/euses et les sabot-eurs/euses et il est vite devenu évident que les chass-eurs/euses venaient d'appeler la police et attendaient leur arrivée.

Au bout d'un moment, un policier est arrivé. Il se rendit dans les champs et parla longtemps avec les chass-eurs/euses. Puis il s'est approché des sabot-eurs/euses et a annoncé qu'il pensait que nous étions en train de commettre une intrusion et que nous devions partir. Les sabot-eurs/euses lui ont dit que ce n'était pas son affaire, et qu'ils/elles étaient juste assis-e-s au soleil et n'enfreignaient aucune loi. Le policier est ensuite retourné voir les chass-eurs/euses, et après quelques allers-retours, et lorsqu'il est devenu évident que la police n'était pas en mesure de retirer les sabot-eurs/euses et ne voulait pas mettre plus de ressources dans cette opération, l'équipage de chasse s'est remis en route vers Low Farm.

Les sabot-eurs/euses suivirent au loin. Nous ne savions pas alors ce que les chass-eurs/euses avaient l'intention de faire. Cependant, plus tard, au tribunal, le maître de chasse a déclaré qu'il avait décidé d'arrêter la chasse et a ordonné au chasseur Anthony Ball de faire ses bagages. M. Ball était un homme très irrité, qui devenait facilement agressif. Quelques semaines plus tôt, il était descendu d'un-e cheval / jument et avait attaqué des sabot-eurs/euses à pied, soutenu par d'autres chass-eurs/euses.

Un saboteur a été laissé inconscient après cette attaque. Il avait été frappé à la tête par la chasseuse qui est propriétaire de Low Farm. Il est également arrivé à plusieurs reprises que M. Ball ait tenté d'éperonner ou menacé d'éperonner ou qu'il ait effectivement éperonné des véhicules de sabot-eurs/euses avec sa camionnette de chasse. Nous avons recensé 27 incidents pour lesquels nous disposons de preuves vidéo ou photographiques de l'utilisation de la violence par M. Ball contre des sabot-eurs/euses au cours des dernières années.

En tout état de cause, ce jour-là, des sabot-eurs/euses ont suivi M. Ball et les chien-ne-s ainsi que les autres chass-eurs/euses jusqu'à Low Farm. Là, nous avons vu M. Ball charger les chien-ne-s et les chevaux / juments dans le fourgon. Alors que tou-te-s les autres chass-eurs/euses étaient encore en train de traîner, de boire et de bavarder, M. Ball est monté dans la camionnette avec son fils Christopher Ball, le gestionnaire du chenil.

Lorsque les sabot-eurs/euses ont vu cela, ils/elles se sont dirigé-e-s vers la route. Ils / elles étaient au départ à environ 500 mètres devant le fourgon de chasse. Nous étions divisé-e-s, car nous ne savions pas si les chass-eurs/euses s'arrêtaient vraiment ou s'ils essayaient simplement d'aller ailleurs pour reprendre la chasse. En tout cas, sur le chemin du retour à pied, les sabot-eurs/euses été séparé-e-s. Il y avait une grande partie des sabot-eurs/euses très éloignée, puis un plus petit groupe de sabot-eurs/euses, et enfin deux sabot-eurs/euses les plus éloignés de la piste, presque à l'arrière de la route. J'étais l'un-e de ces deux là.

Quand la camionnette a atteint le premier groupe de sabot-eurs/euses, les sabot-eurs/euses n'ont pas simplement quitté la piste, car on a pensé qu'il était bon de retarder les chass-eurs/euses au cas où ils/elles voudraient reprendre la chasse ailleurs. Lorsque tous les sabot-eurs/euses étaient de retour sur la route, il serait beaucoup plus facile de les suivre. Ainsi, certain-e-s sabot-eurs/euses s'asseyaient sur la piste pour essayer de bloquer le véhicule.

Cependant, le fourgon de M. Ball s'est frayé un chemin à travers le groupe de sabot-eurs/euses, toujours à un rythme lent et régulier. Les personnes qui étaient assises se retiraient à la dernière seconde, car M. Ball ne voulait pas s'arrêter. Il n'y a eu aucune violence ou menace de violence de la part des sabot-eurs/euses. Il s'agissait simplement de retarder la camionnette.

Au bout d'un certain temps, le fourgon avait réussi à dépasser un groupe de sabot-eurs/euses et avait pris de la vitesse très rapidement. Il approchait bientôt d'un autre groupe de sabot-eurs/euses. La piste se rétrécissait à cet endroit, avec un fossé abrupt et un petit bord d'un mètre de haut à droite et une haie dense à gauche. M. Ball accéléra de plus en plus et se dirigea tout droit vers ce groupe de sabot-eurs/euses qui n'essayèrent même pas de le retarder à ce stade.

Lorsque les sabot-eurs/euses ont réalisé que M. Ball n'allait pas ralentir et qu'il roulait en fait droit sur elles/eux, ils/elles se sont écarté-e-s dans le fossé à droite. Seul Tom Worby n'a pas réussi à le faire, car il était trop loin sur la gauche. Il s'est écarté dans la seule direction où il pouvait, c'est-à-dire entre la haie et la camionnette. Il n'y avait pratiquement pas de place, car la camionnette était très large.

Tom Worby a été pris par le rétroviseur gauche et a été traîné par le véhicule sur une bonne cinquantaine de mètres. Il criait et frappait contre le côté du fourgon et contre la porte. Il a alors perdu sa prise et a glissé, a rebondi contre la haie et est retombé en avant sous la roue arrière gauche. La camionnette est passée directement au-dessus de sa tête. On a vu le van se soulever un peu lorsqu'il est passé au-dessus de sa tête.

Le fourgon ne s'est pas arrêté. Il a pris encore plus de vitesse et a dépassé les deux sabot-eurs/euses qui étaient tellement choqué-e-s par ce qui s'était passé qu'ils/elles ne pouvaient plus bouger. Puis la camionnette est retournée directement au chenil où, littéralement, des centaines de polici-ers/ères sont arrivés pour protéger M. Ball.

Les sabot-eurs/euses ont couru vers Tom Worby et ont essayé de le réconforter. Il saignait des oreilles et du nez, mais il était toujours conscient. Les sabot-eurs/euses ont crié à l'aide. Des chass-eurs/euses à pied à proximité ont ri et ont dit que tout cela était une victoire pour elles/eux, puis ont menacé les sabot-eurs/euses qui ont exprimé l'urgence d'appeler une ambulance.

Finalement, le seul policier présent fut informé et il appela une ambulance. Avant l'arrivée de l'ambulance, Tom est mort dans les bras de sa petite amie.

Le Cambridgeshire Hunt (club de chasse) a été contraint de se dissoudre à cause de ce meurtre perpétré par leur chasseur Tony Ball. Malgré l'abondance de preuves, de déclarations de témoins et de documentations sur le comportement agressif de M. Ball envers les manifestant-e-s anti-chasse, l'État a décidé de ne pas engager de poursuites. »

À la mémoire de Tom Worby, ainsi que toutes les personnes non-humaines, victimes du Spécisme, pour lesquelles les activistes se battaient, se battent et se battront ! Nous n'oublierons pas, et nous ne pardonnerons pas. Ne restons pas dans l'inaction. Agissons ensemble ! Et ce, jusqu'à l'abolition !


Partage l'info !

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.