head_b

[ILE-DE-FRANCE] Des corps trouvés dans les poubelles de Tom & Co (animalerie)


Vivre et mourir, comme un produit. Voici ce que subissent les personnes* n'appartenant pas à l'espèce humaine qui sont mises au monde de force, enfermées, vendues, puis achetées comme des produits... ou jetées à la poubelle, comme des produits...

Au milieu des poubelles de litières usagées, d'emballages plastiques et d'objets cassés ou invendus, voici ce que nous avons trouvé, ou plutôt, qui nous avons trouvé : une personne appartenant à l'espèce des rat-te-s, qui n'a connu que l'enfermement, l'élevage, les camions de transports, puis les rayons de cette animalerie...

Mort-e ici, puis jetée à la poubelle, comme un simple déchet de l'entreprise qui la considérait comme tel.

Dans cette même poubelle, nous avons également trouvé ceci.


Une boite dans laquelle ont été transportées des personnes de la même espèce que celle dont le corps git quelques déchets plus loin.

Sur cette boite en polystyrène, il est marqué : "Transport 24h / Emballé pour 48h".

Emballées la veille, dans une boite encore plus petite que leur cage d'élevage, transportées dans un camion, déballées, manipulées, puis mises en rayons pour être vendues à qui d'autres les considèrera comme une vie et un corps achetable ? Est-ce enviable pour une personne sentiente (sensible et consciente) ? Je ne crois pas... Pourtant c'est ainsi que les spécistes les traitent.

Plus bas il est marqué : "Température : 0°C à 30°C"

Imaginons-nous l'horreur : être enfermé-e-s pendant 48h et transporté-e-s pendant 24h (maximum) dans une chaleur étouffante (20°C à 30°C) ou un froid glacial (0°C à 10°C), baignant dans notre urine et nos excréments, possiblement sans accès à une quelconque forme de nourriture ou breuvage...

Tout ça pour ensuite espérer être acheté-e pour sortir de notre cage ainsi que du milieu bruyant qu'est n'importe-quel magasin... y compris ceux dans lesquelles sont vendues des personnes vivantes (les animaleries).

Et étant donné qu'aucune personne antispéciste, ou même, ayant un minimum de considération pour les personnes que nous sommes, n'irait nous acheter (pour ne pas financer l'horreur que subiront les prochain-e-s qui prendront notre place), nous finirions "propriétés" d'une personne humaine spéciste, probablement enfermé-e-s dans une autre cage minuscule, considéré-e-s comme des objets de décoration ou de divertissement, jusqu'à la fin de notre courte et difficile vie.

Est-ce quelque-chose d'éthiquement défendable ? Je ne crois pas non plus...

Après avoir trouvé le premier corps, puis les boite de transports, nous en avons trouvé un deuxième. Une personne appartenant à l'espèce des souris, jetée, là, à même les ordures, à l'image de ce qu'elle représente pour Tom & Co, et toutes les autres personnes spécistes qui profitent de la production et commercialisation de personnes.


*Si vous ne considérez pas encore les rat-e-s et souris comme des personnes, je vous invite à écouter cette conférence à partir de la 31ème minute.

Aucun commentaire

Notre site vous a été utile ?

Faites un don pour le faire durer ! :)

Cliquez-ici !
Fourni par Blogger.