head_b

Dans un communiqué officiel, L214 félicite Hénaff, une entreprise spéciste qui exploite et assassine des cochons / truies.


L214, l'association déjà critiquée pour ses campagnes welfaristes / spécistes, vient de publier un communiqué de presse félicitant Hénaff, une entreprise spéciste qui exploite et assassine des cochons / truies.

La raison de cet encouragement (et de cette publicité gratuite) pour la marque spéciste : d'ici 2030, l'entreprise s'engage à améliorer les conditions d'exploitation de leurs victimes... pas la fin de leur exploitation, pas la fin de leur mise à mort, juste une amélioration des moyens utilisés pour exploiter leur corps.

Est-ce que L214, et son co-fondateur Sébastien Arsac, qui s'exprime dans ce communiqué, auraient à ce point perdu espoir ? Pensent-t-ilèles que l'abolition du spécisme et de la domination des autres animaux par l'espèce humaine n'est plus un objectif atteignable ?

Est-ce la raison qui les poussent aujourd'hui à applaudir publiquement la moindre amélioration promise par des oppress-eurs/euses, qui pourtant ne change rien au fait que leurs victimes seront exploitées et assassinées sans nécessité ?

Sont-ilèles encore antispécistes, et par définition, abolitionnistes ? Ou se sont-ilèles rangé-e-s aux côtés de ces nombreuses autres associations welfaristes / spécistes qui se battent contre les problèmes de surfaces que subissent les autres animaux dans notre société, mais pas contre l'oppression systémique qui les rend possibles : le spécisme ?

Quelle est actuellement leur vision stratégique ? Qu'attendent-ilèles comme résultats ?

Toutes ces questions trouveront surement leur réponse dans les prochaines campagnes et actions de cette association.

À suivre...

Voici une capture d'écran de ce communiqué de presse :

En réponse à un commentaire sur leur page facebook, l'association s'est expliquée plus en détails sur les raisons de ce communiqué :

"Bonjour,

La réaction de L214 aux engagements pris par Hénaff a parfois soulevé des questions, notamment sur les réseaux sociaux.

Nous avons en effet salué la démarche de la marque qui s’est engagée, d’ici 2030, à ce que ses élevages partenaires garantissent un accès extérieur aux truies reproductrices. Les stalles (cages de contention pour les truies) seront interdites, la litière obligatoire et les mutilations des porcelets seront abandonnées (fin de la castration, de la coupe des queues et du meulage des dents). Les élevages devront également fournir paille et accès à l’extérieur pour les cochons à l’engraissement.

2030, c’est évidemment trop loin mais il faut se rendre à l’évidence, nous n’avons pas le pouvoir de faire changer les choses du jour au lendemain. Cet engagement fait notamment suite à l’enquête de L214 qui avait révélé en 2017 que les élevages partenaires de Hénaff n’étaient rien de plus que des élevages intensifs comme dans 95% des cas en France. Malgré tous nos vœux, nous ne pensons pas que d’ici 2030 les consommateurs auront tous cessé de consommer de la viande.

D’ici 2030, peu de chance que les élevages de cochons aient disparu de l’horizon. Par contre, nous pensons que la fin des mutilations, la fin du caillebotis béton sans litière et que la fin de l’enfermement des cochons sans aucun accès à l’extérieur sont autant de souffrances épargnées aux animaux, et constituent pour eux une avancée indéniable (surtout pour les truies qui restent enfermées plusieurs années). Ces avancées apporteront des conditions de vie moins tragiques qu’elles ne sont actuellement dans les élevages Hénaff et dans la plupart des élevages français.

Nous connaissons d’autant mieux la situation que c’est grâce aux enquêtes de L214 que les consommateurs ont pu découvrir à quoi ressemblaient les élevages fournissant Hénaff. Nous avons aussi salué cet engagement parce que nous pensons qu’il peut entraîner d’autres acteurs de la filière à faire de même. Le président de Hénaff, Loïc Hénaff, est aussi le président de “Produit en Bretagne” qui rassemble des acteurs importants de l’agroalimentaire breton. Nous avons d’ailleurs, depuis les débuts de L214, cette même démarche : par exemple en ce qui concerne l’élevage en cage des poules pondeuses.

Grâce à nos actions, plus de 100 entreprises (des supermarchés, des chaînes de restauration, des fabricants et même des producteurs) se sont engagées à bannir les œufs de poules élevées en cage. Ce type d’élevage n’a plus d’avenir en France. À chacun des pas réalisés, nous saluons l’avancée qu’elle représente quant aux souffrances épargnées aux animaux.

Vous le savez, la société dont nous rêvons et celle pour laquelle nous œuvrons, ce n’est pas d’une société avec des élevages alternatifs. Nous rêvons d’un monde qui ne tue plus les animaux pour les manger, un monde qui cesse de considérer les animaux comme des biens à notre disposition

Celles et ceux qui connaissent et suivent L214 savent que nous militons forts pour l’avènement de cette société. Hélas, nous n’avons de baguette magique pour qu’elle advienne demain matin. Peut-être aussi que nous faisons des erreurs mais nous ne cesserons jamais d’essayer de toute notre force !

Pour toutes celles et ceux qui, comme nous, rêvent d’une société en paix avec les animaux, nous vous donnons rendez-vous à la marche pour la fermeture des abattoirs à Toulouse le 1er juin et à Paris le 8 juin (marche cofondée par L214)."



➡️ DEVENIR ACTIVISTE : http://bit.ly/devenir-activiste
💟 SOUTENIR MON TRAVAIL : http://tipeee.com/andysmileycinema

Aucun commentaire

Notre site vous a été utile ?

Faites un don pour le faire durer ! :)

Cliquez-ici !
Fourni par Blogger.