head_b

L'Office National des Forêts verse 10 000€ aux ven-eurs/euses et demande 30 000€ de dédommagement à AVA.


Le Parisien : "L’Office national des forêts a répondu aux demandes des chasseurs dont les parties avaient été perturbées par les anti-chasse à courre.

Entre les veneurs et les anti chasse à courre, il y a le combat de terrain. Celui qui oppose les deux camps chaque week-end en période de chasse, avec insultes et gestes brusques. Et puis il y a le combat judiciaire. Avec, pour ce combat, un troisième participant : l’Office national des forêts (ONF). Qui vient de prendre une décision forte de sens.

L’Office a décidé de dédommager les veneurs. Il a versé 7 000 € à la Futaie des amis, et 3 000 € à l’équipage de Rivecourt. Ainsi, il reconnaît que les chasseurs n’ont pas pu jouir de la forêt à leur guise, alors qu’ils versent un loyer à l’ONF pour cela. 70 000 € et 33 000 €, en l’occurrence.
L’ONF reconnaît ainsi le statut de victime aux chasseurs

« Si on nous loue les forêts, c’est qu’elles sont privées et appartiennent à l’ONF. Or les anti-chasse se sont introduits chez nous pour nous empêcher d’en profiter », justifie Alain Drach, chef de la Futaie des Amis.

En prenant cette décision, l’ONF reconnaît ainsi le statut de victime aux chasseurs. Et à lui-même, puisqu’il doit donc dédommager ses « locataires ». Or, en août dernier, il avait assigné en justice trois membres du collectif Abolissons la vénerie aujourd’hui (AVA) pour avoir empêché le bon déroulement de chasses. Il réclamait en contrepartie 63 000 €, pour préjudices moral, physique, et frais de procédure. Le délibéré devrait être rendu cet été. Il sera très scruté, pouvant faire jurisprudence.

Jean-Robert Phung, l’avocat des trois membres d’AVA, y voit une tentative de pression sur la justice. « L’ONF s’est rendu compte qu’ils allaient devoir justifier les sommes demandées. » La justification est en effet beaucoup plus simple à apporter maintenant que de l’argent a été versé aux chasseurs.
L’ONF revoit ses prétentions à la baisse

« On ne va plus demander les sommes initiales aux membres d’AVA », réagit Rémi-Pierre Drai, conseil de l’ONF, qui aurait réussi à négocier avec les associations de veneurs pour faire baisser l’addition. « Nous demandons désormais le remboursement des 10 000 € avancés, ajoutés à 20 000 € pour le préjudice moral et 8 000 € de frais de procédure. On ne fait pas le procès de cette pratique qu’est la chasse à courre. Il s’agit seulement d’un bailleur qui ne peut respecter ses contrats. »

Pas de quoi rassurer Stan Broniszewski, militant historique d’AVA, qui craint que de telles poursuites judiciaires se répètent. « Nous sommes partout en France maintenant », résonne-t-il. Les veneurs tiennent en tout cas les comptes. « J’ai compté 16 sabotages sur nos 28 parties de chasse prévues, souligne Florence de Lageneste, chef de l’équipage de Rivecourt. Nous n’avons pas pu réaliser nos plans de chasse. »"

    Vous avez des infos à partager ? Envoyez anonymement des informations / photos / vidéos d'actions.


➡️ DEVENIR ACTIVISTE : http://bit.ly/devenir-activiste
💟 SOUTENIR MON TRAVAIL : http://tipeee.com/andysmileycinema

Aucun commentaire

Notre site vous a été utile ?

Faites un don pour le faire durer ! :)

Cliquez-ici !
Fourni par Blogger.