head_b

(SEINE-ET-MARNE) Incendie de l'Abattoir de Jossigny - Flagrant délit, garde à vue et contrôle judiciaire pour les activistes.

(SEINE-ET-MARNE) Incendie de l'Abattoir de Jossigny - Flagrant délit, garde à vue et contrôle judiciaire pour les activistes.


Dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 janvier 2019, des activistes antispécistes se sont introduit-e-s dans l'abattoir de Jossigny (77), ont fait sortir les personnes spécisées (moutons / brebis) présentes sur place avant de mettre le feu à une botte de paille à l'aide de carburant.

La gendarmerie de Melun était déjà présente sur les lieux, a assisté à la scène, et attendu que les activistes ressortent de l'abattoir pour les interpellé-e-s en flagrant délit. Ilèles ont ensuite appelé les pompi-ers/ères qui sont intervenu-e-s rapidement et pour éteindre le feu.

Les activistes étaient surveillé-e-s depuis plusieurs mois, et sont soupçonné-e-s d'avoir commis d'autres actions de sabotage dans le département depuis septembre, notamment contre des installations de chasse (miradors, locaux de chass-eurs/euses).

Les six activistes, trois femmes et trois hommes, interpellé-e-s sur le moment ont effectué jusqu'à 96 heures de garde à vue, ont reconnu les faits concernant l'abattoir de Jossigny, et ont reconnu à des "degrés divers", selon le parquet, avoir participé à la tentative d'incendie, la destruction de vitres et les tags sur les locaux de la Fédération Départementale des Chass-eurs/euses à Bréau, dans la nuit du 30 au 31 décembre 2018. Le montrant du préjudice matériel concernant ces locaux de chasse est estimé à 50'000€.

D'autres personnes soupçonné-e-s d'avoir participé à l'incendie de l'abattoir de Jossigny ont été arrêtées dans les jours suivants et des perquisitions à leur domicile ont été effectuées.

Présenté-e-s à un-e juge d'instruction le mardi 15 janvier, tou-te-s ont été placé-e-s sous contrôle judiciaire, les interdisant de rentrer en contact entre elleux, ainsi qu'avec d'autres activistes antispécistes.

L'enquête est toujours en cours pour déterminer précisément la responsabilité de chacun-e concernant les attaques contre les lieux et matériels spécistes survenues ces derniers mois, qui n'ont pas encore fait l'objet d'un procès.

Ilèles sont actuellement poursuivi-e-s pour "destruction grave par moyen dangereux pour les personnes en bande organisée" et "association de malfaiteurs en vue de commettre un crime" et risquent jusqu'à 10 ans de prison.

Cagnotte du CSAA - Comité de Soutien aux Activistes Antispécistes pour les soutenir : https://www.cotizup.com/antispeciste


➡️ DEVENIR ACTIVISTE : http://bit.ly/devenir-activiste
💟 SOUTENIR MON TRAVAIL : http://tipeee.com/andysmileycinema

Aucun commentaire

Notre site vous a été utile ?

Faites un don pour le faire durer ! :)

Cliquez-ici !
Fourni par Blogger.